Alexa et SEMrush donnent-ils des résultats cohérents ?

Alexa et SEMrush sont deux outils qui permettent d'avoir une évaluation du trafic des sites Web selon 2 méthodologies différentes Cet article fait partie d'une série d'articles comparant Alexa, SEMrush, SEMVisu et Yooda. Dans un article précédent nous avions comparé les résultats de Yooda et SEMvisu entre eux. Comme nous l'avions indiqué précédemment Alexa et SEMRush ne mesurent pas exactement la même chose et les méthodologies sont différentes :
  • Alexa calcule le trafic global des sites à partir d'un logiciel intégré aux navigateurs des internautes (une barre d'outils). Alexa ne fournit pas le trafic mais indique un rang de site. Le rang 1 étant le site le plus visité (en l'occurence Google.com). Alexa fournit aussi des rangs par Pays. Par exemple, Google.fr est classé 26ème site dans le monde mais premier en France. La taille du panel d'utilisateurs de la barre d'outils Alexa n'est pas indiquée par ALexa.
  • SEMrush calcule le trafic provenant des 20 premiers résultats de Google. Le trafic est estimé en fonction de la popularité des mots-clés recherchés par les internautes et des positions des résultats des sites sur les pages de Google. Je n'ai pas trouvé comment SEMrush évalue le pourcentage de trafic selon la position dans les résultats de Google. SEMrush fournit aussi un rang de chaque site pour la base Google.fr
Comme précédemment, notre propos n'est pas d'indiquer quel est l'outil le plus performant mais de savoir s'ils ont des résultats cohérents entre-eux. Comme Alexa ne fournit pas de données sur le trafic mais seulement un rang de site, nous comparerons ici les rangs fournis par les 2 outils concernant les 50 premières sociétés de services informatique en France. Pour le graphique nous utilisons le logiciel Tableau.

Comparatif rang France Alexa - rang Google.fr SEMrush

En abscisse vous avez le rang des sites concernant les 20 premiers résultats de Google.fr, en ordonnée vous avez le rang du domaine Alexa pour les internautes français. Les échelles sont inversées et logarithmiques et la taille des points est en fonction du CA 2011 en prestations de services des sociétés. En cliquant sur chacun des points vous avez les informations concernant chaque entreprise. Une droite de régression linéaire a été calculée par le Logiciel Tableau Software. Cette droite calculée est celle considérée par le logiciel comme la plus significative à partir des données fournies. La droite apparaît ici comme une courbe car les échelles sont logarithmiques. Si vous cliquez sur la droite, vous avez des informations concernant celle-ci : Alexa rang Domaine France = 0,0436461 * rang SEMrush + 34932,6. P = 0,0480868 La valeur de P étant < 0,05 cela veut dire que la droite calculée décrit bien une valeur "moyenne" des points. En revanche le calcul du R-squared nous donne une valeur de 0,0989226 (cette valeur n'apparaît pas dans le javascript). Le R-squared est un indicateur de corrélation qui va de 0 à 1. Plus on est proche de 1 plus les valeurs sont corrélées et plus on est proche de 0 moins elles le sont. En d'autres termes les résultats nous indiquent que les rangs calculés par Alexa et ceux calculés par SEMRush n'ont rien à voir entre-eux. Je dois avouer que cela ne m'arrange pas :-(. A ce stade nous pouvons dire seulement que ce manque de corrélation provient de un ou plusieurs facteurs :
  • L'un des outils (ou les deux) donne des informations fausses.
  • Mesurer d'un côté le rang en provenance de Google, de l'autre le rang en fonction du trafic global n'a pas de sens. En d'autres termes les sources de trafic peuvent varier fortement d'un site à l'autre.
  • L'échantillon choisi est atypique, ou trop petit, ou encore les sites ont des trafics trop faibles (ou des rangs trop élevés) pour être mesurés correctement par l'un ou l'autre (ou les deux) des outils.
  • Le rang lui même n'est pas une bonne variable. La base de sites et donc la distribution des sites n'étant pas la même dans chacun des outils nous avons forcément des variations "aléatoires".
  • ...
Vous pouvez bien sûr proposer des facteurs supplémentaires dans les commentaires. Comparons maintenant Yooda et SEMrush Nous revenons aussi sur cette problématique du rang dans une article dédié

9 réflexions sur « Alexa et SEMrush donnent-ils des résultats cohérents ? »

  1. « Le rang lui même n’est pas une bonne variable »

    Les rangs d’Alexa résultent d’une combinaison mystérieuse de deux indices : le Reach, un indice du nombre de demandeurs à un site et le Pageviews, un indice du nombre de pages demandées à ce site. Le nombre de demandeurs est une chose, le nombre de pages demandées une autre. Ce sont deux dimensions différentes du trafic. Le nombre de demandeurs est une indication de la demande, le nombre de pages demandées me semble une indication bivalente de l’offre de pages et de l’intérêt des demandeurs. À l’utilisateur de savoir ce qu’il cherche.

    Un problème avec les rangs est que l’on n’est pas sérieusement fondé d’effectuer des opérations mathématiques sur eux. J’ai observé plusieurs fois par exemple pour les rangs français et les rangs canadiens d’Alexa qu’il était plus facile de passer de 100 mille à 30 que de 30 à 10 mille. Il est alors hasardeux de comparer un écart de 5 000 selon qu’il se situe au niveau 100 mille ou au niveau disons 20 mille. Un graphique au lien suggéré l’illustre.

    Pour cette raison et d’autres, concernant Alexa, je préfère son Reach à son Rank, une indication plus pure de demande dans un contexte de marché au financement à des tiers d’offre et de demande d’information. On est fondé d’effectuer des opérations mathématiques sur cette variable.

    Les 20 premiers résultats de Google m’apparaissent une indication d’offre des auteurs ou des éditeurs web. Je suis nouveau avec cette variable, qu’en écrivez-vous ?

    Je suis un observateur de l’expression « Alexa rang » depuis quelque mois. Mon blogue y a été inséré pendant quelques semaines dernièrement et y est revenu ce matin en position 6 et 7 ce qui ne m’amène pas forcément beaucoup de demandeurs. J’ai beaucoup écrit à une page de PubContact qui trône pour cette expression, à plusieurs pages chez webrankinfo en troisième et chez Neadkolor en cinquième.

    Mon expérience des rangs Alexa consiste principalement à avoir effectué la « filature » de l’intérêt des internautes pour des partis politiques du Québec dans l’année récente entourant une campagne électorale.

    pubcontact.com/lestimation-du-nombre-de-visiteurs-aux-blogues-de-concurrents-ou-de-partenaires

  2. Internautes, internautes,

    Si vous consultez Alexa dorénavant, vous verrez que depuis le 26 juin, peut-être le 24, Alexa nous offre d’entrée de jeu une nouvelle page d’information.

    L’évolution des sites ou blogues depuis deux ans est maintenant exposée en priorité plutôt que les rangs trimestriels et s’il y a lieu, les rangs mensuels, hebdomadaires ou quotidiens. Nous y découvrons à prime abord les sites qui depuis juillet 2011 ont fait partie ou pas des 100 mille les plus demandés un jour donné.

    Alexa indique maintenant l’avance ou le recul du rang mondial d’un domaine, ce qui était réservé aux sites dont le rang était inférieur à 500 mille pour le mensuel, inférieur à 100 mille pour l’hebdomadaire et à 7 mille pour le journalier.

    Il ou elle met en vedette le taux de coup d’oeil (Bounce), l’étendue de la demande au site Pageviews et la durée d’affichage retenue(Daily time on site).

    Suivent un aperçu des particularités des demandeurs de pages par catégorie d’âge, d’éducation, de genre, de régénération et de lieu d’usage.

    Changement notable, la liaison au site est révélée pour 5 internautes seulement gratuitement ; pour les autres, il faut acheter Pro ou l’essayer jusqu’à concurrence d’un mois.

    Il faut aller y lire sur quoi sont fondées maintenant ses analytiques, Learn more about Alexa Traffic Stats. Il n’est plus question de toolbar.

    http://www.alexa.com/help/traffic-learn-more

  3. La position d’un site web en page 1 ou 2 de Google a peu à voir avec son trafic tel que conçu par Alexa. Prenons comme exemple les sites référencés aux deux premières pages fournies par Google en réponse à la requête « alexa rang » le 28 juillet vers 21 heures et les 30 et 31 vers 9:00 à Québec :

    Colonne

    1 – rang français Alexa, moyen, mensuel, recompilé quotidiennement, (MMRQ)
    2 – indice nombre de demandeurs fois 1 million, MMRQ
    3 – indice nombre de pages demandées fois 100 millions, MMRQ
    4 – ratio pages demandées par demandeur, MMRQ
    5 – site web

    Un ou plusieurs zéros devant un nombre ne sont là qu’à fin d’alignement des colonnes.
    Un rang bas indique un fort trafic.
    99,999 signifie absence de rang français.
    La transcription et simplification des données n’ont pas été vérifiées.

    48,829 ** 00,000,066 ** 00,000,620 ** 9,0 Anakeyn
    00,010 ** 11,282,000 ** 45,130,000 ** 3,7 Wikipédia
    19,218 ** 00,000,360 ** 00,000,710 ** 1,8 PubContact
    14,275 ** 00,000,400 ** 00,001,530 ** 3,6 Linklift
    99,999 ** 00,000,003 ** 00,000,003 ** 1,0 Laqueste, 2 références
    00,219 ** 00,027,100 ** 00,100,500 ** 3,4 Forum.Webrankinfo
    12,981 ** 00,000,310 ** 00,001,333 ** 3,3 Neadkolor
    03,756 ** 00,001,100 ** 00,007,600 ** 6,4 Pix-geeks
    99,999 ** 00,000,060 ** 00,000,060 ** 1,2 Le bloguede.jeanlouchouedanou

    Je me fais grâce de la deuxième page.

    Qu’est-ce que le trafic ? Quotidiennement, le nombre de demandeurs à un site seulement ou ce nombre combiné géométriquement au nombres de pages que ceux-ci demandent. Par analogie à la circulation routière, le nombre de véhicules ou le nombre de véhicules combiné à leur nombre de roues divisé par 2 exposant 2.

    Alexa a adopté la deuxième formule pour son rang mais nous fournit sans prime les indices qui le composent, le reach (demandeurs) et le pageviews (pages demandées). Pour moi, le trafic, c’est d’abord un nombre d’utilisateurs. L’ampleur de l’utilisation, le nombre de pages demandées, c’est une autre chose qui relève à la fois du nombre de pages offertes et de la correspondance du sujet aux intérêts du demandeur.

    Dans le tableau ci-dessus, Anakeyn et Le bloguede.jeanlouchouedanou ont des indices demandeur semblables mais des rangs très différents en raison du nombre de pages demandées 7,5 fois plus grand chez Anakeyn; l’ampleur de la saisie, de la consommation, y fait la différence. PubContact et Neadkolor fournissent un exemple semblable mais moins fort.

    Avec ce tableau, il est facile de comprendre qu’il n’y a pas de corrélation entre les rangs Alexa : « les rangs calculés par Alexa et ceux calculés par SEMRush n’ont rien à voir entre-eux ». Les deux outils fournissent les informations que leurs propriétaires vendent ou donnent en raison de leurs préférences. Mesurer d’un côté le rang en fonction de Google a un sens, mesurer en fonction du trafic global en a un autre. C’est deux sens à mon sens ont peu en commun comme l’habitude et la curiosité.

    Alexa me permet de mieux identifier mes éventuels concurrents et partenaires et à mieux comprendre leur présence et évolution sur le Web. Mieux vaut le connaître et l’aimer avant de s’en servir…

    Pour me faire une idée de SEMrush par rapport à Alexa, je l’ai interrogé concernant une dizaine de sites que je file depuis des mois avec l’aide du dernier. Je dirais qu’Alexa indique la force de l’habitude de fréquenter « d’accrochés » et que SEMrush mesure la curiosité d’internautes appâtés qui ne durent pas.

    P.S. Vu d’Alexa, c’est la ruée à SEMrush depuis deux semaines.

    http://www.alexa.com/siteinfo/semrush.com#trafficstats

  4. J’écrivais spontanément le 31 juillet ci-devant :

    Je dirais qu’Alexa indique la force de l’habitude de fréquenter « d’accrochés » et que SEMrush mesure la curiosité d’internautes appâtés qui ne durent pas.

    J’ai mis en tableau pour voir six parallèles entre Semrush et Alexa de données que j’ai accumulées sur 22 mois. Intéressant ! Voici :

    http://laqueste.wordpress.com/2013/08/12/semrush-et-alexa-unecomparaison-sur-22-mois-de-la-demande-aux-sites-web-de-six-partis-politiques-du-quebec/

    Je dis maintenant autrement.

    1. mise à jour

      J’ai ajouté le mois d’août au tableau mis en lien à mon commentaire précédent.

      Je soumets à discussion l’hypothèse que SEMrush serait en corrélation négative avec l’âge des pages. Par exemple, l’indice de trafic organique le plus élevé au tableau se retrouve au parti Option nationale à l’époque de sa création et ne dure qu’un mois. Il ne reprend de la vigueur qu’au mois suivant l’élection en septembre 2013 où l’on a élu un gouvernement minoritaire. Option nationale a bien fait et l’on s’y active à continuer le recrutement.

      Aux autres partis, les deux traditionnels ont un trafic organique modeste alors que la CAQ et QS surtout ont un trafic organique élevé. Le renouvellement des pages y serait plus fréquent.

      1. Bonjour Robert,

        Je remet l’adresse de votre tableau qui semble-t-il a changé :
        http://laqueste.wordpress.com/2013/09/02/semrush-et-alexa-unecomparaison-sur-22-mois-de-la-demande-aux-sites-web-de-six-partis-politiques-du-quebec/

        Si SEMrush mesure correctement se qui se passe sur Google, ceci montre bien que le fameux « freshrank » est réellement utilisé par Google. De ce fait l’utilisation du freshrank entraîne une « Prime de fraîcheur » aux nouveaux sites (qui ont forcément un nouveau contenu).

        Quelques infos sur le fonctionnement du Freshrank :
        http://www.scriptol.fr/seo/freshrank.php

  5. La position d’un site web en page 1 ou 2 de Google a peu à voir avec son trafic tel que conçu par Alexa.

    Relire ici mon commentaire du 31 juillet.

    Ce matin, 16 septembre, après 47 jours, la grille se présente ainsi :

    Jean-Luc Houédanou et Wikipédia en pole position;
    Webrankinfo et Pubcontact en deuxième ligne;
    Laqueste et Neadkolor derrière;
    Linklift et Seopowa ensuite;
    Pix-geek et Anakeyn en fin.

    je vous fait grâce des dix suivants.

    Fin juillet, nous avions :

    Anakeyn et Wikipédia;
    Pubcontact et Linklift;
    Laqueste et Webrankinfo;
    Neadkolor et Pix-geeks;
    Jean-Luc Houédanou.

    – Deux changements notables, Anakeyn et Jean-Luc;
    – un seul nouveau, Seopawa;
    – Positions encore peu en rapport avec le rang Alexa;
    – En rapport avec le nombre d’appartenance à un cercle Google ?
    – en rapport avec sa photo en tête de référence ?
    – en rapport avec un article sur la Toolbar ?
    – en rapport avec du « squatterage » : commentaires en chaîne d’un même intervenant sur des pages désertes ?

    Je me demande quand SEMrush procède dans le mois à la cueillette des informations dont il tire l’indice qui lui permet d’attribuer un rang en trafic organique.

    1. Je crois qu’il ne faut jamais tirer de conclusions sur un seul mot clé. Le trafic mesuré par SEMrush (et aussi Yooda et SEMvisu) se base sur l’ensemble des mots clés d’un site. On a vu dans les articles que j’ai postés que cette méthode était valide.

      Je pense que SEMrush procède à sa récolte non pas à un moment précis mais durant tout le mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.